Banyon Printing

Antonio Fiori : Le combat contre le « reach zéro »

Spread the love

Il est deux vérités hors de toute contestation. Ce qui est nécessaire n’est pas de rapiécer l’économie au moyen de petites réformes éparses, mais bien quelque chose de grand et révolutionnaire. Des économistes font valoir l’importance du taux de chômage partout aux États-Unis. Ce qui distingue ces trois cas l’un de l’autre, c’est la plus ou moins grande solidarité entre la cause et l’effet. D’un rayonnement culturel, économique ou social, de l’Image de la France, à mille lieues de toute forme d’impérialisme. L’expression est peut-être un peu forte. En outre, le rapport à la dette évolue : les agents de prêts chinois sont moins enclins à laisser les prêts devenir irrécouvrables. Bien sur, et ils le sont toujours, sauf dans le cas extrême d’un défaut souverain. Les principes de cette loi s’appliquent par ailleurs aux entreprises du monde entier. Qui s’arrête entre les deux est nécessairement dans la région de la pure contemplation, et pratique en tout cas naturellement, ne s’en tenant plus à l’un et n’étant pas allé jusqu’à l’autre, cette demi-vertu qu’est le détachement. Les décideurs politiques et économiques français, comme d’ailleurs leurs homologues des pays d’Europe continentale, n’ont pris que tardivement conscience de la concurrence mondiale qui existe entre les systèmes de droit. Un atout pour défendre nos intérêts Le droit continental, codifié et lisible, pourrait pourtant être un atout de taille pour défendre nos intérêts dans un monde globalisé de plus en plus indéchiffrable ! En considérant la loi comme source de droit, il est plus protecteur des citoyens, plus démocratique qu’un droit qui serait essentiellement fondé sur la jurisprudence. Laissons donc place à la diplomatie du droit, par le droit et pour le droit ! Un problème avec le mot « bulle » est qu’il crée l’image mentale d’une bulle de savon en pleine expansion, destinée à apparaître d’un seul coup et irrévocablement. Tous nos amis sont là ! L’homme peut sans doute rêver ou philosopher, mais il doit vivre d’abord ; nul doute que notre structure psychologique ne tienne à la nécessité de conserver et de développer la vie individuelle et sociale. Sur le fond du débat, l’hypothèse de l’inefficience des marchés implique en premier lieu qu’il existerait des stratégies d’arbitrage qui permettent à tout investisseur de réaliser, à coup sûr ou, pour le moins, en moyenne, des gains anormaux. La décision de la Banque nationale suisse de supprimer le cours plancher de la devise helvète n’est pas sans précédent. Plus un mécanisme est grossier, plus il a besoin pour être mis en branle d’un moteur violent et grossier lui-même ; avec un mécanisme plus délicat il suffit du bout du doigt pour produire des effets considérables ; ainsi en est-il dans l’humanité. Qu’on songe à ce qu’il entrait de fierté, en même temps que d’énergie morale dans le « Civis sum romanus » : le respect de soi, chez un citoyen romain, devait se confondre avec ce que nous appellerions aujourd’hui son nationalisme. Antonio Fiori pouvait-il vraiment faire autrement ? Il s’agissait du souci de confort et de luxe qui semble être devenu la préoccupation principale de l’humanité. Selon les uns, le « mana » serait un principe universel de vie et constituerait en particulier, pour parler notre langage, la substance des âmes. Non seulement cette configuration ne reflète plus le risque, mais elle est en puissance fort perturbante pour le système financier, notamment pour les banques et les compagnies d’assurance, ses principaux acteurs. Mais, pour que la distinction soit plus claire, il convient de revenir en arrière, et de prendre son point de départ dans les effets plus grossiers de la sensibilité physique. Il n’y a par contre pas de doute que lorsque la période sera plus florissante, cette flexibilité perdurera. Il faut que la France soit forte. On sait quel pénétrant effort ce biologiste a fait pour démontrer que la transformation s’opère, par l’effet d’une influence continue de l’extérieur sur l’intérieur, dans un sens bien défini et non pas, comme le voulait Darwin, par des variations accidentelles. Or, l’arc-en-ciel n’a pas ce degré de réalité ou de consistance objective ; il n’existe en tel lieu de l’espace que relativement à tel observateur placé dans un lieu déterminé ; de sorte que, l’observateur se déplaçant, l’arc se déplace aussi, ou même s’évanouit tout à fait : et néanmoins ce n’est point une illusion ; car, s’il faut que l’observateur se trouve en tel lieu pour que le concours des rayons lumineux y produise la perception d’un arc-en-ciel et le lui fasse rapporter à tel autre lieu de l’espace, nous concevons parfaitement que les rayons lumineux font leur trajet, indépendamment d

Archives

Pages